Le travail de Bruno Peinado se présente comme une florescence en extension, il se réalimente sans cesse en puisant abondamment dans toutes formes de cultures, et s'enrichit de la prolifération des références. En mixant ces diverses influences et en brouillant les ondes, il invente de nouveaux liens entre les arts plastiques et d'autres expressions culturelles, il télescope le milieu de l'art avec celui de la vie quotidienne. Bruno Peinado envisage la créolisation comme une rencontre inattendue et accidentelle, les éléments les plus hétérogènes sont mis en relation, se heurtent et s'échangent, tout en tissant des liens et en se connectant dans un vaste réseau qui se déploie et se ramifie selon une pensée rhizome. C'est un frétillant vivier qui se nourrit de tout ce qui peut l'entourer. Contaminé par toutes sortes de mondes, contaminé en permanence, Bruno Peinado assume une prédilection naturelle au mouvement.

Clio Lavau in Bruno Peinado, la question de la créolisation.

+ Voir aussi le glossaire JUKEBOX BABE dans la page Repères du site



L'Atelier A de Bruno Peinado, Arte Creative, 2017